Ceven’trail 2019

Départ du ceven’trail au vigan

Trail aux étoiles : 62 km, 2500+

Le parcours içi sur open-runner : https://www.openrunner.com/r/6602002

Nous voiçis donc sur le départ du trail aux étoiles, la batucada, comme un battement de coeur festif, fait résonner ses joyeuses notes. On se retrouve au dernier moment pour faire des photos.

C’est parti en fanfare, et déjà on en voit qui partent bon train et ca grimpe dès le départ et on est très vite sur des chemins. On monte et redescend vers Aulas.(2,5km 176+). Puis on monte et descend vers un hameau : Mars (5,5km,341+). on fait l’ascension du col de Mouzoules qui fait 4.3km (cumul 9.5km 791+).

Déjà le paysage derrière est pas mal.

presque arrivés au col de mouzoules

Là on un pluie fine nous accueille avec deux ou trois spectateurs et un splendide arc-en-ciel va se découvrir une fois au sommet.

Col de Mouzoules

On redescend vers Arre (16km). Premier ravito. Patrick Pouly nous y attend. Premier objectif atteint, je me donne comme objectif d’arriver au ravito suivant : calo-Rouge. Pour cela on va monter sur le causse (cumul 19km, 1241+) puis on va traverser le causse sur toute sa longeur, et atteindre enfin le second ravito : Calo Rouge (cumul 27.5km, 1358+). Avant d’arriver au ravito le paysage passe de celui du causse à celui du charmant bois de calo-rouge. Le ravito est juste avant la sortie des gorges de la vis que apercevons tout d’abord bien en hauteur. Il faudra passer par un ravin ou trébucher ne vaudra rien de bon.

Sortie des gorges de la vis

On descend donc à présent vers le cirque de Navacelles que l’on va aborder par la sortie des gorges de la vis. On descend puis, nous allons faire les trois quart du tour du cirque de navacelles en passant par le moulin de la foux et en suivant les berges de la rivière.

Moulin de la foux

Le moulin et les berges de la rivière sont charmants et on sourit, on est content, le bruit de l’eau est très reposant, ca détend et cela fait oublier les 36 km au compteur (1451d+).

On entame la sortie du cirque. Je qualifierais la moitié de la montée de normale, si on peut dire… Puis, comme je m’étonnais que la taille des maisons en bas ne changeait pas trop (bon je trouvais que cela n’allait pas assez vite), nous avons abordé un mur de dénivelé pur arriver enfin sur un autre causse.

Dpuise Navacelles on voit le promontoire de Blandas


En haut cela nous fait 38,5km, 1750d+. Il faut rejoindre le ravito de Blandas qui est à quelques kilomètres . Blandas, 41km,1756+.

On traverse le causse et avant d’entamer la descente vers Bez on à 49km dérrière nous. C’est pas rien déjà. Mais là, nous attends la descente vers Bez et elle est dure. Vous me pardonnerez mais je n’ai pas souvenir d’avoir eu descente plus dure : très abrupte, très encaissée avec racines et rochers, des hauteurs d’enjambées des obstacles toujours importantes, toute en lacets, le tout étant un véritable chaos tortueux avec pas de portions de terrain plus doux, sauf à la fin. C’est peut être un effet de ma blessure au talon qui m’a donné cette vision des choses. Pour ma part ce fut de nuit de surcroît. Je n’ai plus pris de photos à cause des conditions nocturnes.

A Bez, la soupe chaude, salée (très important), réconfortante, fait oublier la descente et le froid qui se fait sentir sur des organismes un peu travaillés.

On n’a plus que 10km à faire. 52km dans les jambes, 1968d+. La montée qui suit nous à paru douce, avec des portions de routes, (54km, 2285).

Effectivement, elle est passée toute seule. Encore 5.5km de descente, puis 4km le long des berges pour atteindre l’arrivée.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.